Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Les chantiers > A l’assaut de la renouée !

A l’assaut de la renouée !

Fauche et mise en sac

Mercredi 9 août, 6 jeunes bénévoles venus de Calais avec leurs éducateurs ont prêté main forte pour lutter contre une plante invasive : la renouée du Japon. Cette plante, introduite en Europe en 1825 comme plante ornementale, fourragère, mellifère et fixatrice du sol, puis de nouveau en France durant la 1GM, est dévastatrice pour la flore locale.

Sur les recommandations d’Eden 62, les bénévoles de l’AFLC avaient fauché la renouée avec l’aide de l’association Nature libre. Puis des jeunes avaient creusé une tranchée pour permettre de bâcher la zone en enterrant les bords de la bâche afin d’empêcher la plante de repousser. En vain !

Cette fois-ci, Eden 62 nous a proposé d’expérimenter une nouvelle technique : les jeunes ont fauché toutes les repousses qui avaient percé la bâche, enlevé cette bâche et nettoyé à fond le terrain avant d’y répandre du sel de déneigement... Il suffit à présent d’attendre et de surveiller !

Un grand merci aux jeunes !

Pour en savoir plus :

Elle avait été jugée comme la plante la plus intéressante de l’année.
En raison de sa floraison exceptionnelle, elle est devenue une plante populaire dans les jardins victoriens de l’Europe, remportant une médaille d’or (en 1847) de la société de l’agriculture et de l’horticulture à Utrecht comme la plante la plus "intéréssante" de l’année. 
Elle s’est naturalisée à la fin du 19ème siècle et a débuté sa colonisation exponentielle vers le milieu du 20ème siècle.

Dans le nord de la France, elle a, à nouveau, été introduite à l’occasion de la 1ère guerre mondiale.
Des années auparavant, des cavaliers de l’armée anglaise avaient remarqué en Inde (alors colonie anglaise) son développement rapide et ses qualités fourragères pour les chevaux. Ils en avaient prélevé, puis conservé, des graines dans le but de nourrir leurs chevaux sur d’autres champs de batailles où leur présence serait assez longue. La cavalerie britannique a eu l’occasion de cultiver la renouée du Japon dans le nord de la France durant plusieurs années entre 1914 et 1918.

Portfolio